Nos Chiens

site d'entraide pour animaux
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Expérimentation animale

Aller en bas 
AuteurMessage
Virus
Invité



MessageSujet: Expérimentation animale   Lun 16 Oct - 11:43

La loi est incohérente sur la souffrance animale. Un particulier qui brise les pattes d'un chien commet un acte de cruauté. Mais un vivisecteur qui brise les pattes de ce même animal pour expérimenter des prothèses effectue une procédure scientifique.

« Deux poids, deux mesures » est le thème autour duquel One Voice engage des moyens pour informer, sensibiliser, mobiliser l'opinion publique et accélérer une réforme de la loi en faveur de l'abolition de l'expérimentation animale.



Permis de tuer

Chiens et chats, souris, rats et hamsters, cochons d'Inde, singes et grands singes, lapins et lièvres, oiseaux, vaches et petits cochons, chevaux et bien d'autres animaux passent par des chambres de souffrances avant de mourir dans l'oubli. Les pires pulsions sadiques sont autorisées dans ces murs sourds à la détresse de ces êtres sensibles. Le public, qui finance avec ses impôts la vivisection dans les laboratoires de l'Etat, n'a pourtant aucun droit de regard.

Derrière les portes des laboratoires, l'expérimentation animale développe un grand arsenal de tortures, toutes aussi indignes de l'humanité les unes que les autres, mais parfaitement légales.

Il est autorisé d'empoisonner un animal, de placer des produits irritants sur ses yeux et sa peau, de le mutiler, paralyser, irradier, brûler, gazer, électrocuter, de le priver de sommeil, de nourriture et d'eau ou de le forcer à manger, de le soumettre au stress psychologique, à la détresse, de l'infecter avec des virus, de détériorer son cerveau, et bien sûr de le tuer.

"Puits du désespoir"

Dans le domaine de la psychologie, des chercheurs ont inventé le « puits du désespoir », une enceinte verticale en acier dans laquelle ils isolent des jeunes singes pendant des périodes pouvant aller jusqu'à 45 jours. Ils ont aussi conçu le « tunnel de terreur » pour terrifier des animaux.

Une autre expérience consiste à « induire la mort psychologique » en donnant aux bébés singes des mères en éponge maintenues à 37° mais pouvant être refroidies à 2°. Et ces millions d'animaux qui vivent les souffrances de l'agonie ne sont pas anesthésiés car cela risquerait de fausser les résultats !



Une industrie rentable

La souffrance animale est considérée comme négligeable. Surtout lorsqu'elle est infligée par des « scientifiques ». Le respect et la crainte des blouses blanches font oublier l'exigence morale à l'égard de millions d'animaux livrés sans défense à des vivisecteurs souvent soucieux de leur promotion, de leur prestige et de récompenses financières.

La plupart des travaux des chercheurs servent surtout leur notoriété et à obtenir des crédits. Les expérimentateurs sont soutenus par des sociétés privées qui tirent d'énormes profits de la vente des animaux et des équipements de laboratoire (dispositifs de contention, cages, électrodes, instruments chirurgicaux, seringues, etc.). Que vaut la souffrance et la vie de millions d'animaux face aux millions d'euros brassés par les groupes d'intérêts, éleveurs « d'animaux à torturer » et fabricants de produits chimiques et d'équipements spécialisés ?

Scientifiquement discutable

Non seulement la vivisection est moralement inacceptable, mais elle est scientifiquement discutable. Et chacun de nous cautionne indirectement cette injustice avec ses propres deniers : une partie de nos impôts financent l'expérimentation animale. Il existe plus de 1200 laboratoires publics et privés en France qui sacrifient 3 à 4 millions d'animaux par an, le record des pays d'Europe. Le même genre de test est fait sur les médicaments, les cosmétiques, les colorants alimentaires et les produits chimiques.

Connaissant bien la barrière d'espèce, de nombreux scientifiques critiquent ce type d'expériences car les résultats ne peuvent être appliqués aux humains. L'aspirine provoque des problèmes de grossesse chez les chattes. Un chimpanzé ou un macaque que l'on infecte avec le virus du sida ne développe pas la maladie. L'extrapolation d'une espèce à l'autre est dangereuse. La thalidomide, donnée aux femmes enceintes, fut la cause de plus de 10 000 naissances anormales. Elle avait été testée sur des milliers d'animaux.

Méthodes de substitution

Il existe des méthodes de substitution, comme la culture de cellules et de tissus, la simulation par ordinateur et l'utilisation de base de données résultant d'observation clinique chez l'être humain. Elles sont plus fiables, souvent plus rapides et économiques à mettre en œuvre, et parfaitement éthiques.

One Voice travaille à accélérer le financement d'un développement des procédés substitutifs in vitro et de leur validation. De telles mesures épargneraient des millions de victimes animales et seraient bénéfiques pour la sécurité et la santé humaine, la protection de l'environnement et la confiance du consommateur.

Un animal meurt toutes les 12 secondes en France, toutes les 3 secondes en Europe. C'est maintenant qu'il faut nous mobiliser. One Voice se donne pour objectif de faire de l'expérimentation animale un problème politique incontournable et un combat populaire pour la majorité des Français. Face aux résistances de toutes sortes, l'opinion publique fera le poids !

One Voice agit

One Voice, au sein de la coalition européenne, fait campagne pour l'abolition de l'expérimentation animale et la promotion des méthodes alternatives. Elle met au grand jour les actes de cruauté délibérément infligés dans les laboratoires. Des campagnes ciblées permettent de poser les jalons nécessaires à la disparition de l'expérimentation animale. Par exemple, depuis six ans, One Voice mène au niveau européen des campagnes pour :

– la fin des tests cosmétiques sur les animaux

– l'arrêt du programme des tests chimiques sur plus de dix millions d'animaux (empoisonnement de chiens, administration de produits toxiques dans les yeux des lapins, sur la peau, etc.)

– la fin de la vivisection sur les primates

– l'abolition des expériences militaires sur les animaux

– l'abolition des xénogreffes

- l'abolition des tests liés à l'alcoolisme et au tabagisme. Il ne s'agit en aucun cas, pour nous, de vilipender l'usage du tabac ou de l'alcool ! Mais ces expériences ont été interdites en Grande-Bretagne et dans d'autres pays. L'Europe envisage aussi de les bannir. Elles sont très cruelles et peuvent être remplacées par des méthodes substitutives.

– l'abolition de toutes expérimentations dans le cadre de l'éducation (dissection, etc.)

- l'interdiction des duplications (la transparence et le partage des informations dans le monde entier, assorties de pénalités en cas d'expériences répétées, épargneraient des millions d'animaux).

C'est le moment d'amplifier le mouvement antivivisection avec notre campagne « Deux poids, deux mesures ». Sous la pression des défenseurs des animaux, le parlement européen vient de proposer une modification de la législation (datant de 17 ans) concernant l'expérimentation animale. Il reprend point par point la plupart de nos demandes.

Représentant français de Europe for Animal Rights et de la Coalition Européenne
pour mettre fin à l'Expérimentation Animale

One Voice
23, rue du Chanoine Poupard
BP 91923 - 44319 Nantes cedex 3
Tél : 02 518. 318. 10
Fax : 02 518. 318. 18

http://www.experimentation-animale.org/animaux_concernes/chiens_chats.html
Revenir en haut Aller en bas
 
Expérimentation animale
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Chiens :: Coups de gueule...! coups de coeur....! :: coups de gueules-
Sauter vers: